NOUVELLES DE L'ECOLE FULA FLUTE EN GUINEE
English version
student playing the tambin

Bonjour tout le Monde.

De retour de ma visite en Guinée, je suis heureux de vous rapporter que grâce à votre aide et au travail assidu de nos professeurs, étudiants et encadreurs l’école fula flûte se porte très bien.

Six jours par semaine de 8 hres à 18 hres, nos étudiants reçoivent des cours de français, d’arithmétique et de sciences, des cours de chant, de théorie musicale, d'instruments (flûte Malinké, flûte Peul, ngoni, tamtam, et cora), de théâtre, danse, expression corporelle et, depuis peu, de boxe française. Quelques élèves logent sur les lieux, ainsi qu'un surveillant et deux fois par jour des repas sont préparés et servis. Âgés de six à 18 ans, nos élèves participent aux classes avec enthousiasme, lèvent la main, se portent volontaire pour venir au tableau, jouer un morceau, exécuter une danse, etc. C’est un groupe formidable qui ferait l’envie de beaucoup de profs chez nous.

Deux enfants se sont ajoutés à notre effectif : Alassane 12 ans et Ismaël 7 ans, tous deux intelligents et talentueux. Malheureusement, deux autres nous ont quitté et nous avons maintenant onze enfants. Ce n’est pas beaucoup mais ceux qui sont là sont déterminés, fidèles et conscients. Cette année nous ferons un effort pour en inscrire une demi-douzaine d’autres.

Personnellement, quand je leur enseigne, je m’efforce de présenter une facette inédite des choses et de faire un lien avec l’écrit et le conceptuel. Cette fois-ci, je me suis concentré à leur impartir la notion des modes, faisant la corrélation entre modes grecs et morceaux traditionnels et à avancer leurs connaissances de la tambin chromatique (mon invention) dont ils ont maintenant assimilé les positions de base.

Depuis trois ans M. Bouba Mbeng vient trois fois par semaine donner des cours de percussion, de ngoni (instrument traditionnel à cordes) et de chant. Il a développé un répertoire qui, conjointement aux morceaux de flûte de M. Mansaré, est la base de nos performances musicales publiques.

Notre « alphabétisateur », M. Mohamed Mmah Camara passe une demi-journée quatre fois par semaine avec nos élèves. Il enseigne le français, le calcul et les sciences. Il fait parfois de très jolis dessins au tableau que l'on n'efface pas pendant des semaines. Il divise la classe en petit groupes afin de gérer les différents niveaux et les soumet à des évaluations régulières. Grâce à un don de nos amies Cathy, Steph et Karine, nous allons bientôt augmenter la fréquence de ces cours.

Nos élèves reçoivent aussi des cours de théâtre donnés par Mme Véronique Lamah, co-fondatrice du Centre Tyabala, et sous sa direction nos étudiants montent des pièces représentant des contes traditionnels ou transmettent un message social traitant de sujets tels la violence conjugale, le mariage forcé, le sida, etc.

Notre surveillant, M. Roger Tolno, comédien de métier, donne des cours d’expression corporelle et depuis quelques temps, M. Mamady Camara donne des cours de boxe française.

De plus, je suis très heureux d’annoncer que nous avons aussi recruté mon ami de longue date, M. Seydou Tanly. Originaire du Burkina Faso, il est pianiste, lit la musique et est un ingénieur du son de premier ordre ayant travaillé avec beaucoup de grands artistes d’Afrique de l’ouest dans les studios d’Abidjan, Ouagadougou, Bamako et Conakry. Il enseigne la théorie musicale et veille sur la bonne utilisation et maintenance des équipements électroniques (caméras, enregistreurs, ordinateur, etc.) et en plus, petit-à-petit, enregistrera notre répertoire.

En grande part, grâce à l’implication assidue chez nous du Doyen Mamady Mansaré, nos élèves en sont maintenant considérés comme représentant la relève de la flûte Guinéenne. Mais, comme certains parmi vous le savent, il y a deux grands styles de jeu de tambin (Fula flute) en Guinée: le style Malinké, bien représenté chez nous par M. Mansaré, et le style Peul, donc, afin que nos élèves comprennent la flûte guinéenne dans sa totalité, nous avons recruté le flûtiste Peul Baba Gallé qui vient de commencer à partager ses connaissances avec nos enfants.

Enfin, deux fois par semaine Djamady Kouyaté, un fils de la grande famille du Doyen de la cora Mandingue Mbady Kouyaté (Paix à son âme) enseigne ce riche instrument et nos élèves passionnés de musique traditionnelle font de rapides progrès sous sa douce direction.

Nos efforts et succès génèrent de l’intérêt parmi l’intelligentsia du pays. En effet, une équipe de la télévision Central TV sont venus filmer chez nous et M. Momo Sylla et moi-même furent invités pour une interview à la radio « Nostalgie ». Encore une fois, quelques jours plus tard nous fumes invités dans un bureau du centre-ville où plus d’une demi-douzaine de journalistes aguerris représentant des publications web, radio, et imprimé (journaux et magazines) nous ont posé des questions toutes plus pertinentes les unes que les autres.

Pendant toute la durée de mon séjour on m’a accueilli et traité avec tous les égards, je fus logé, nourri et blanchi, en sécurité, et entouré d’amis. Je remercie Momo, Véro, Mamady, Bouba, Roger, Naby, Abdoulaye, Fatoumata et tous nos élèves, ainsi que Tanly, Bakou and Gambalou.

Finalement, je vous remercie du fond du cœur, vous qui suivez notre histoire, appréciez notre travail et nous soutenez d’année-en-année. Nous somme l'arbre, la Guinée est le sol et vous êtes l'eau.

Sincèrement,
Sylvain Leroux

PS : Nous avons beaucoup de photos et de vidéos que nous allons disséminer petit-à-petit, nous vous invitons à les voir sur Facebook, YouTube, et Instagram.

Si vous le préférez, vous pouvez aussi envoyer un chèque
fait au nom de la Creative Music Foundation et spécifier
"pour l'école fula flute" sur la ligne de memo.

Ce project est sponsorisé par la Creative Music Foundation.
La CMF prélèvera 10% des dons pour des fins administratives.

Pour plus d'information, veuillex visiter les liens suivants;